Excerpt for Ma soeur ta vie ton épreuve by , available in its entirety at Smashwords


Au Nom d’ALLAH

Le Tout Miséricordieux,

Le Très Miséricordieux






Ma sœur

Ta vie

Ton épreuve




Permis à la vente par Shaykh ‘Ali Réda de Médine

Hafidhahu Llãh







Est-ce que les gens pensent qu'on les laissera dire : « nous croyons » sans les éprouver ?

Sourate Al 'Ankabut. Verset 2


Céline B.

www.apprends-moi-ummi.com

contact@apprends-moi-ummi.com




ISBN : 978-2-9551508

© Copyright : Éditions Nour



Toute reproduction, totale ou partielle, est strictement interdite par l'auteur.



Shaykh Ibn Baz Rahimahu Llãh n'a pas permis de repiquer des biens protégés sans l'autorisation de leurs auteurs, compte tenu des propos du Prophète Salla Llahu 'alayhi wa sallam : « Les musulmans sont tenus de respecter les conditions qu'ils formulent ».


Shaykh Ibn 'Uthaymine Rahimahu Llãh :

« Si le propriétaire précise l’interdiction du repiquage, il n'est alors pas du tout permis ».


Et Allah est Le plus Savant.

Bismi Llãh Ar Rahman Ar Rahim


Toutes les Louanges appartiennent à Allah, nous Le louons, nous Lui demandons Son aide et im­plorons Son pardon. 

Nous cherchons protection auprès de Lui contre tout mal venant de nous-mêmes, et contre les méfaits de nos mauvaises actions. 


Celui qu'Allah guide - personne ne peut l'éga­rer, et celui qu’Allah égare - personne ne peut le guider. 


J'atteste qu'il n'y a de divinité qu’Allah, Le Seul et Unique méritant d'être adoré.

J'atteste que Muhammad (salla Llahu 'alayhi wa sallam) est Son serviteur et messager.

 

« O hommes ! Craignez votre Seigneur qui vous a créés d'un seul être, et a créé de celui-ci son épouse, et qui de ces deux-là a fait répandre (sur la terre) beaucoup d'hommes et de femmes.

Craignez Allah au nom duquel vous vous implo­rez les uns les autres, et craignez de rompre les liens du sang.

Certes Allah vous observe parfaitement. » (4 : 1)


« Ô les croyants ! Craignez Allah comme Il doit être craint. Et ne mourez qu'en pleine soumis­sion. » (3 : 102) 

« Ô vous qui croyez ! Craignez Allah et parlez avec droiture afin qu'Il améliore vos actions et vous pardonne vos péchés.

Quiconque obéit à Allah et à Son messager ob­tient certes une grande réussite. » (33 : 70-71).


Ceci dit :

La parole la plus véridique est celle d'Allah (Éle­vé Soit-Il), la meilleure guidée est la guidée de Muhammad (salla Llahu 'alayhi wa sallam), les pires des choses sont les nouveautés (dans la re­ligion), toute nouveauté (dans la religion) est une innovation, toute innovation est un égare­ment, et tous les égarements mènent au Feu.
















À toi ma sœur, d'ici ou d'ailleurs.

Loin mais si proche de toi...

















Tu ouvres les yeux...


Chapitre 1


Un cri



Tu ouvres les yeux. En ce jour. Il peut être le matin, comme le soir. Ou la nuit. Il pleut. Il neige ? Soleil... Peu importe : c'est le tout début de ta vie. Tu pousses ton premier cri. Ce nouveau jour, ce départ, ce numéro un. Un prénom, un poids, une mesure, une couleur de cheveux... Tout cela est le plus important pour ceux autour de toi. Ils admirent des choses, des faits. Sans même se questionner sur leur provenance, leur origine. Juste observer le résultat. Qui n'est pas l'essentiel. Mais ça, tu le sauras bien plus tard...


Tu n'as connaissance de rien. Ni de ton but. Ni de ton existence. Ni de personne. Rien du tout. Ce n'est qu'au fil du temps que tu apprendras et que tu comprendras. Et peut-être même que tu comprendras avant d'apprendre. Seul Allah le sait déjà.


Tu as une vie paisible. La vie dont tout le monde rêve. Des parents aimants. Des frères, des sœurs.

Ton existence est simple. Matin, midi, soir, une continuité logique, stable, et sans heurt. La petite famille, bonne sous tous rapports. Le temps passe et tu grandis, tu mûris. Ton quo­tidien c'est école, maison, amis et famille. Tu aimes étudier, tu aimes voir tes proches. Tout ce que désire une enfant, que demander de plus ?

Tu cries de joie tellement tu es heureuse. Une petite boule de bonheur.


Chez toi, tout est calme. On t'envie. Tu as grandi dans la simplicité. Mais en ayant acquis les valeurs humaines et morales. Le respect. Une éducation que tu dois à tes pa­rents. Ils sont tellement fiers de toi ! Et combien tu es fière d'eux. Des dialogues, des échanges, des rires, des amusements. Que tu l'aimes ta famille.


La religion ? À la maison, on n'en fait pas référence. Tu ne l'évoques pas. Parce qu'il n'y en a pas. "Dieu" n'est jamais sorti de la bouche de l'un de vous. Tes parents ne sont pas croyants. Tes frères et sœurs non plus. Pour eux, ce ne sont que des banalités. Des histoires imaginaires. Ils parlent de ce qu'ils ne connaissent pas. Oui. Ils croient connaître mais ils sont dans l'ignorance. Toi aussi d'ailleurs, tu ne t'en es jamais préoccupée plus que ça.


Tu en entends un peu à droite. À gauche. À l'école, tu vois. À la radio, tu entends. Mais tu ne connais pas, non. Tu ne connais pas. Et cela te laisse complètement insensible. Donc tu n'y prêtes pas attention. Et d’ailleurs... Pourquoi y prêter attention alors que ta vie est déjà parfaite à tes yeux ? Tu as tout ce que tu souhaites, tu ne pourrais demander ni plus ni mieux. Alors tu préfères rester dans ton bon petit quotidien. Et sur ce qui t'a été accordé. Même si tu te penses maîtresse de ta vie et de ce qu'elle contient.


Tu t'amuses, tu profites, tu jouis de cette vie. Mais plus tu grandis et plus le chemin semble difficile. Ça se resserre. Il y a des crevasses. Tu tombes, tu te relèves. Tu commences à avoir mal au cœur. Tu commences par pleurer. Par moins sourire. Les gens s'éloignent. Viennent. Puis partent défi­nitivement. On te méprise. On t'aime. On te salit. On te valorise.


Où donner de la tête ?


Pourquoi ce changement radical ? Du jour au lendemain ! Que s'est-il passé ? Qu'as-tu fait à ces gens ? Qu'as-tu fait à toi-même ?


Tu ne sais pas par où débuter afin de trouver des réponses à tes questions et une explication à la situation. Tu y fais face. Et tu ne comprends pas. Tu penses pouvoir y remédier. Tu essaies, mais tu n'y arrives pas. Tu penses donc être maîtresse de tes actes ? De ton présent comme de ton futur ? De pouvoir décider de ce que tu veux faire quand tu veux le faire ? Pourrais-tu alors programmer quand tu quitte­ras cette vie-là ? Pourrais-tu décider d'avoir la santé indéfiniment ? Réfléchis bien...

Tu décides malgré tout de profiter. Sans penser à quoi que ce soit. De te raccrocher au meilleur pour toi : les sorties, les amis. Et sans te soucier du reste. Et puis… Ça ne pourrait être pire. Ça, c'est ce que tu crois.


Et pourtant...

Tu fréquentes des lieux, des gens, des choses, qui sont infréquentables. Et tu le sais. Mais tu les fréquentes. Et pour te rassurer, tu te dis que ça va aller mieux. Que ça va changer. Car oui tu veux du changement. Mais rien n'y fait.


Tu croques la vie à pleines dents.

Mais attention : c'est elle qui pourrait te croquer...


Plus tu grandis, plus tu vois que tu t'éloignes de ce que l'on t'a inculqué. Ces principes. Ce respect. Des autres et de toi-même. Tu t'en éloignes jusqu'à ne plus les voir. Et en prendre conscience, ça, ça fait mal. Pourquoi tout ça ? Cette vie avant était pourtant si simple.


Pourquoi te tourne-t-elle le dos ? Pourquoi toi? Tu trouves cela injuste. Tu n'as rien fait.


Oui : tu n'as RIEN fait. Et peut-être serait-il temps de faire quelque chose... Non ?


Tout s'effondre autour de toi. Tout s'écroule.

Où sont-ils ? Il n'y a plus personne. Tu es seule. Toute seule. Tu cries. Personne ne t'entend. Personne ne ré­pond.

Seule ? Personne ? C'est ce que tu penses. Réessaie et ouvre ton cœur. Crois-moi.

Tu n'y arrives pas ?


Allonge-toi. Repose-toi. Endors-toi.

Pour mieux te réveiller. Car oui, il faut que tu te réveilles...

















« Cette vie d'ici-bas n'est qu'amusement et jeu. La vie de l'au-delà est assurément la vraie vie. S'ils savaient ! »

Sourate 29. Verset 64


Chapitre 2


Une renaissance



Tu ouvres les yeux... Et tu décides que ta vie doit changer. Oui elle doit changer. Non, pas ce soir ni demain. Mais maintenant, tout de suite.


Tu as beaucoup souffert, enduré. Et tout le monde s'en moquait. Le monde t'a délaissée.


Tout le monde ? Tout le monde sauf Lui. Il t'a ouvert une porte. Tu as regardé par curiosi­té. Et tu t'y es glissée. Tu as ouvert ton âme et ton cœur. Il était là quand tu étais au fond, quand tu en avais besoin. Il t'a sauvée. Il t'aime et Il t'a guidée. Tu as ouvert les yeux oui, tu as ouvert les yeux.


Tu penses à Lui. Très fort. Ce doigt tendu. Cette bouche sèche prête à annoncer. Non ma douce, n'hésite pas, prononce cette at­testation de foi. Cette magnifique parole que tu as apprise mais surtout que tu as comprise, tu la prononces. Tu la prononces par la bouche oui, mais c'est bien plus profond que cela. C’est ton cœur qui parle. Tu ressens chaque mot. Tu les ressens oui. Et en un instant, tu te sens changée. Une force im­mense. Un sentiment inexplicable. Comme un poids enlevé. Une légèreté immédiate. Une toute autre personne.

Non ma douce, c'est bien toi. Tu es toujours la même. Mais observe la puissance de ces mots sur toi. Vois l'impact. N'est-ce pas une preuve supplémentaire ? 


Cet apaisement. Cette tranquillité. Tu pensais les avoir connus avant ? Non, il n'en était rien, rien du tout. 


Ça y est : tu as franchi le cap. Tu l’as fait seule. Ac­compagnée de ton Seigneur. Et tu te sens heu­reuse. Fière.


Pourquoi n'as-tu pas dépassé ce cap plus tôt ? Oui, tout ce temps perdu. Mais ce n'est pas grave ma douce. Le résultat est là, n'est-ce pas? 


Tu es musulmane. Tu es servante de ton Créa­teur. Observe autour de toi. Ces merveilles. Ces paysages. Sa création. Éblouissant.


Tiens, et si on s'allongeait dans l'herbe ? 

Regarde. Regarde ce ciel. Ces arbres. Cette na­ture. Sens. Sens cette odeur. Ces champs. Le vent frais. Écoute. Écoute ces oiseaux. Ces gens qui parlent. Ces enfants qui rient. Touche. Touche le sol. Ces feuilles. Cette terre. Cette herbe.


Ces yeux avec lesquels tu vois. Ce nez avec lequel tu respires. Ces oreilles avec lesquelles tu entends. Ces mains avec lesquelles tu touches, palpes, sai­sis. Cette bouche avec laquelle tu parles.

Qui aurait pu te doter de ces sens à part Allah?


Maintenant oui, tu as ouvert les yeux. Tu y vois plus clair. Beaucoup plus clair. Et tu comprends.



Purchase this book or download sample versions for your ebook reader.
(Pages 1-9 show above.)